imperial tobacco canada - Mesurer l’apport des cigarettes



Fait bien connu: les appareils utilisés pour les analyses normalisés ne « fument » pas comme de vraies personnes. Chacun fume à sa manière, et un même fumeur peut fumer différemment à divers moments.

Néanmoins, la plupart des gouvernements ont recours à des appareils normalisés pour mesurer les quantités de goudron, de nicotine et de monoxyde de carbone dans la fumée de cigarette. Cette méthode est approuvée par l’Organisation internationale de normalisation (ISO).

Les analyses au moyen d’appareils permettent de prendre des mesures de façon uniforme à l’échelle mondiale, et permettent un étiquetage homogène des quantités de goudron, de nicotine et de monoxyde de carbone sur les paquets de cigarettes.

Méthodes de mesure

Conformément à la méthode ISO, une cigarette est « fumée » par un appareil qui prend une bouffée de 35 millilitres (ml), d’une durée de 2 secondes, une fois par minute. Ce processus se poursuit jusqu’à ce que la cigarette atteigne un point se situant près du bout du filtre. Le goudron est défini comme étant le poids de la matière particulaire recueillie sur un tampon filtre en laboratoire lorsqu’une cigarette est fumée par un appareil, sans tenir compte de l’eau et de la nicotine.

Un fumeur pourrait prendre davantage de bouffées, prendre de plus longues bouffées, ou fumer une plus grande quantité de la cigarette que les appareils utilisant la méthode ISO. Cela dit, un fumeur pourrait absorber plus de goudron que les quantités établies par les analyses normalisés.

Voilà pourquoi le gouvernement canadien a conçu une analyse dans le cadre duquel les cigarettes sont fumées de façon plus intense par rapport à la méthode normalisée ISO. Au Canada, les données sur les émissions imprimées sur les paquets de cigarettes sont indiquées sous forme de fourchette qui comprend les résultats inférieurs de la méthode normalisée ISO et les données supérieures de la méthode intensive canadienne.

Même si cette méthode normalisée constitue une façon constante de mesurer les quantités de goudron, de nicotine et de monoxyde de carbone, et d'autres constituants de la cigarette présentes dans divers types de cigarettes, ces appareils ne mesurent pas les niveaux des constituants qu’un fumeur donné absorbe réellement.


Dernière mise à jour de la page: 10/05/2010 11:45:16 GMT